Paris, le 24 mars 2013 : Marchons, Enfants de la Patrie !

Dans quelques semaines, nos représentants voteront la loi du « mariage pour tous » qui ouvrira aux couples de même sexe la possibilité de se marier et d’adopter. Une loi sur la Procréation Médicalement Assistée pour les couples de femmes est prévue pour la fin de l’année 2013. Au nom de l’égalité des droits entre couples, la Gestation Pour Autrui devrait être logiquement autorisée, ou au moins tolérée -selon la logique de la circulaire de Mme Taubira. Et si le législateur français élude le sujet, c’est la Cour Européenne des Droits de l’Homme qui rappellera la France à ses obligations de non-discrimination entre couples mariés. Avec ou sans notre accord.

Depuis des mois, experts et politiques débattent à coup d’études, de sondages et de statistiques. Les tribunes se répondent dans les journaux, les internautes débattent dans les forums, les manifestations se succèdent dans les rues : la France est profondément divisée. Si la reconnaissance officielle des couples homosexuels et la sécurisation des familles homoparentales rassemblent un large consensus, l’adoption et surtout la procréation cristallisent nos inquiétudes.

***

Éteignons nos écrans, oublions les invectives, interrogeons notre conscience. Tout enfant n’a-t-il pas le droit d’être conçu, élevé et aimé par un papa et une maman ? Il ne s’agit pas de défendre un modèle social mais une réalité humaine. Un enfant se conçoit avec un homme et une femme. Les couples hétérosexuels ne sont pas meilleurs – pas pires non plus – que les couples homosexuels. Mais ils peuvent engendrer.

Qui a le droit de priver délibérément un enfant de ses origines ?

Si nous croyons qu’un enfant mérite d’avoir un père et une mère, nous ne pouvons pas être indifférents à ce projet de loi. En tant que citoyen, c’est notre devoir d’être solidaire de ces futurs enfants délibérément privés d’une moitié de leur identité et de l’altérité homme/femme.

Le chômage, le pouvoir d’achat, l’insécurité sont des préoccupations quotidiennes et importantes. Mais il est possible de modifier régulièrement les choix précédemment effectués pour viser plus d’efficacité. La procréation touche définitivement à l’essentiel : la naissance et la vie d’une personne. Il n’est plus possible de faire marche arrière.

***

L’Histoire n’est pas écrite. Ce projet de loi n’est pas une fatalité. Le 24 mars, nous décidons l’avenir !

Nous, citoyens français, avons le devoir de dénoncer cette idéologie qui prétend abolir toute différence entre homme et femme. La femme n’est pas un homme comme les autres.

Nous, citoyens français, avons le devoir de redire cette évidence : il faut un homme et une femme pour donner la vie à un enfant. Un couple de même sexe aura toujours besoin d’un tiers pour procréer.

Nous, citoyens français, avons le devoir de rappeler que le désir des adultes ne peut primer sur le droit de l’enfant. Tout enfant a besoin de connaître ses origines.

Si nous réussissons à stopper cette loi, nous pouvons être sûrs que d’autres pays suivront. Et dans quelques années, la France sera à nouveau considérée comme un pays éclairant les autres nations. Le pays qui a dit non !

Et si nous échouons cette fois-ci, nous aurons montré à ces idéologues qu’ils ne peuvent pas disposer de nos consciences à leur guise. Et, surtout, à la question de nos enfants et petits-enfants qui nous demanderont, comme dans la chanson[1] : « comment t’as pu laisser faire ça ? », nous pourrons répondre : « non, je m’y suis opposé jusqu’au bout ».

Homos ou hétéros, en couple ou séparés, croyants ou athées, radicaux ou conservateurs, chômeurs ou patrons : nous tous, Enfants de la Patrie, marchons nombreux sur les Champs-Elysées le 24 mars !

 

 

 

 


[1] Michey 3D, « Respire », 2003

Publicités

27 Commentaires

  1. Bonjour,
    je sais bien que j’arrive longtemps après la « bataille » relative à ce billet mais l’intervention d’un « pro MPT » surnommé PULSE, plus haut m’a interpellé.

    Cet intervenant, si j’ai bien compris, nous indique que les familles hétéros sont parfois indignes et maltraitantes envers leur progéniture et que le pire se voit parfois au sein des familles dites « normales ».
    Le message, classique, en creux derrière cet argument se résume souvent au fameux « mieux vaut un couple homo aimant qu’un couple hétéro dégénéré pour élever un enfant ». Je ne pense pas que PULSE ait eu une telle caricature à l’esprit en écrivant son post mais c’est un sophisme qui n’apporte rien au shmilblick (même si de nombreux pro MPT ne se gênent pas pour le brandir sans en comprendre l’absurdité)

    Mais attendez une minute…..ce sophisme, cet argument absurde, n’est-il pas le révélateur d’un raisonnement logique pour le moins dangereux ?

    Les hétéros ont, eux seuls, le privilège de pouvoir enfanter naturellement en tant que couple. Ils peuvent, dans la majorité des cas, décider de faire des enfants sans autres assistances que quelques coups de reins bien placés (excusez cette trivialité, elle m’a échappé). Cela a pour corollaire que les hétéros font ce qu’ils veulent et on ne saurait leurs interdire de procréer sous prétexte qu’ils n’aient pas le niveau social, culturel ou financier pour l’assumer.
    Je passe rapidement sur la possibilité, aussi naturelle, des hétéros d’avoir des enfants « non désirés »…..malgré les progrès des méthodes de contraception (je ne parle pas de la pilule de 3ème génération évidemment). Les homos ne peuvent pas être confrontés au même « problème » (sauf en ayant un comportement « bi »). Sur un forum un pro MPT me rétorqua que s’ils ne savent pas se protéger correctement à notre époque les hétéros n’ont qu’à assumer ces enfants là (avec le traumatisme éventuel d’un avortement….). Mais n’allez surtout pas inviter votre contradicteur à faire la même analyse quant au sida touchant le milieu gay (s’ils ne se protègent pas, qu’ils assument sans rejeter la faute sur la société et leur voisin).

    Les homos ne partagent pas ces types de problématiques. Ils ne peuvent pas avoir « d’enfant surprise » et ils ne peuvent pas faire un enfant seuls (en couple). Les homos se trouvent donc à la fois incapables de faire des enfants naturellement et obligés d’avoir recours à un tiers.
    – ils évitent les surprises, les impondérables et…
    – ils impliquent un tiers apte à avoir un regard extérieur, leurs poser des questions, utiliser des critères de tri ou de jugement de leurs comportements, niveau social, culturel, financier…..
    Ne cherchez plus, stoppez le train : nous avons trouvé la modalité de procréation idéale. Ne plus procréer naturellement dans le secret d’une alcôve puisque cela peut, injustement, confier des enfants qui n’ont rien demandé à des parents indignes. Trier les parents sur le volet pour garantir le bien être supposé des enfants à venir au monde au sein d’un couple BCBG (LGBT ?) ayant les « moyens » de procréer.

    Nous glisserions tout doucement vers une société où seuls les riches et bien portant obtiendraient le droit de procréer (et pas forcément avec le « matériel biologique » de leur conjoint puisqu’un enfant est un être à créer avec du « matériel biologique » indifférencié). Une fois les parents triés, trions les enfants puisque de tels efforts consentis par les « géniteurs » auraient bien « le droit » d’être couronnés de succès par des enfants au top : le droit du consommateur à obtenir satisfaction doit pouvoir s’exprimer sans entraves.

    1. Excellent ! Vous m’avez bien fait rire, David !
      Vous avez visiblement un lourd retard sur l’école Peillon… Vous devriez vous lancer dans un blog !!

  2. *fausse manip*
    Donc, je disais, pas de cheat éhonté sans grand risque d’être démasqué. Surtout si les recherches sont contradictoires (ce qui est pratiquement tout le temps le cas, vu que les chercheurs peuvent aussi être payés par des antis). J’accorde peu d’importance également à un travail isolé, pour ces raisons, je laisse plutôt la crédibilité à la tendance générale.
    Et surtout, j’accorde plus d’importance à ce que l’on sait nuisible aux enfants, plutôt qu’à ce qui n’est pas démontré.

  3. Oui, les femmes et les hommes ne sont pas identiques d’un point de vue biologique (ce serait idiot de le nier). D’un point de vue comportemental, il n’y a rien d’autre que les constructions sociales, dûes à l’education, qui le montre. Et ces constructions sociales sont le cœur du sexisme. Maintenant, qu’est-ce qui empêche un enfant au sein d’un couple homoparental de constater que les femmes ont des seins et un vagin, et les hommes un pénis et des testicules ? Je ne vois pas trop, surtout qu’un enfant ne vit pas son enfance exclusivement avec ses deux parents.
    Ce sexisme est également la base de l’homophobie (les « lesbiennes camionneuses » ou les gays « qui font la femme », pour ne citer que les exemples explicites).

    L’avantage avec la recherche et les statistiques, c’est que légalement tout essai doit être publié (quel que soit le résultat de l’étude) et que les données sont accessibles aux autres chercheurs pour les éventuelles critiques et corrections (cela vaut pour tout type de recherche). Donc pas de cheat

  4. Partisane et militante du mariage pour tous, beaucoup de choses me font tiquer sur ce blog. Je reconnais beaucoup de bon sens tout de même sur l’ensemble des articles, mais l’idéologie de fond m’inspirera toujours une profonde amertume et le sentiment que beaucoup de choses sont encore à faire.
    « La femme n’est pas un homme comme les autres. » Ou comment dire élégamment son sexisme ordinaire, celui qui ne choque personne tellement il est ancré dans notre éducation et semble normal. C’est pourtant bien cette éducation qui pousse les femmes à être gentilles,soumises, et bien épilées, ainsi que les hommes à faire les mâles virils et conquérants.
    « Un couple de même sexe aura toujours besoin d’un tiers pour procréer. » Pour procréer certes, mais pas pour élever un enfant. Le projet de loi est sur le mariage et l’adoption. A noter que certains couples hétérosexuels (tendance à la hausse) ont besoin d’un tiers pour procréer également, mais cela ne choque apparemment personne, puisqu’ils sont hétérosexuels…
    « Tout enfant a besoin de connaître ses origines. » Une affirmation que tout le monde approuve ! Le malaise est sur la population laquelle est destinée ce message… Au sein de couples hétérosexuels, il y en a certainement beaucoup qui auraient des confidences à faire…

    1. Bonjour Vanessa,
      Merci pour votre commentaire posé et constructif. Ce n’est pas toujours le cas !
      Je n’ai pas le temps d’y répondre tout de suite mais je m’efforcerai de le faire dans le courant de la semaine.

      A bientôt,
      Orti

    2. Me voici enfin !
      « La femme n’est pas un homme comme les autres. » Est-ce que dire que l’homme et la femme sont des êtres différents relève du sexisme d’après vous ? Personnellement, les mecs qui roulent des mécaniques m’insupportent et j’aime bien les femmes qui ont du caractère. Et les publicités montrant des femmes en position suggestive pour vendre une voiture me hérissent le poil. Il n’en reste pas moins que fondamentalement je trouve qu’un homme et une femme ne sont pas identiques, et surtout, qu’un papa et une maman, ce n’est pas la même chose…
      « Un couple de même sexe aura toujours besoin d’un tiers pour procréer. » Un couple de même sexe peut certes élever un enfant mais personnellement les études démontrant qu’il n’y a aucun effet ne semblent pas convaincantes. Elles ont le plus souvent été conduites sur un échantillon très faible par des chercheur-militants. Attention, vous évoquez sans doute la PMA mais, dans 96% des cas, celle-ci est réalisée avec le patrimoine génétique des deux parents. Donc, oui, dans de plus en plus de cas (sans doute trop, il faudrait laisser faire davantage le naturel à mon goût), la procréation est assistée mais le tiers ne fait que manipuler les gamètes des futurs parents, il ne donne pas les siens ! ;o)
      « Tout enfant a besoin de connaître ses origines. » Je n’ai jamais prétendu que les couples hétéros étaient des modèles !

  5. « Le chômage, le pouvoir d’achat, l’insécurité sont des préoccupations quotidiennes et importantes »

    Tellement important que vous préfériez vous réunir en millions, perdre votre temps contre une simple loi que d’aller vous joindre du coté des ouvriers et des syndicats pour la sauvegarde de l’emploi.

    1. Vous croyez que les syndicats ont une influence bénéfique sur la sauvegarde de l’emploi ?

  6. En bref, vous voulez combatrre une idéologie par une autre idéologie : la votre. Ce que vous considérez comme une loi naturelle n’est en fait qu’une autre construction sociétale. Pour vous en convaincre, je vous invite à étudier les faits anthropologiques. Relisez par exemple Claude Lévy-Strauss.

    La question est de savoir quand une idéologie est insupportable par rapport à une autre ? Sans aucun doute lorsqu’elle est exclusive. Ce qui n’est pas le cas de la loi Taubira, puisqu’elle n’enlève rien de vos droits. Par contre, votre mouvement défend bien cet exclusivisme. Certainement, lorsqu’elle est nuisible à l’intégrité physique et à la liberté de conscience de ceux qui y sont soumis. Cette loi n’est nuisible ni pour le corps ni pour l’esprit de ceux qui la réclame. Puisque vous ne relevez pas de cette idéologie, elle ne peux vous nuire.

    Ce que vous montrez au travers de votre mouvement : ce n’est que le dégoût. Que votre conscience soit choquée, je n’en doute pas. Mais à moins d’imposer le silence à vos contradicteurs, forcément par une forme de violence, je ne vois pour votre salue d’une part que la tolérance et d’autre part l’exemplarité du vécu de votre propre mode de vie.

    Alors ne voys faite pas de bile, les aigreurs d’estomac ne sont pas bonnes pour la santé. Profitez de votre famille, de votre foi et de votre « univers » dans la paix.

    1. La reproduction humaine est une construction sociétale ?? Là, il faut que vous m’expliquiez ce que voulait dire Clo-clo, d’ailleurs invoqué par les partisans et les opposants. Il me semble que la nécessité d’un homme et d’une femme pour concevoir un enfant est une réalité que seules qq manipulations génétiques dans les prochaines décennies pourra remettre en cause.
      La loi Taubira n’est que l’expression la plus évidente d’une idéologie qui entend gommer l’altérité homme / femme dont une des manifestations les plus marquantes est la reproduction humaine. Bientôt dire qu’il faut un homme et une femme pour concevoir un enfant sera une expression homophobe puisque la loi française aura édicté le contraire. Donc elle me concerne directement. Mais ceux qu’elle concerne encore plus et pour lesquels je ne peux la laisser passer sans manifester mon opposition ce sont les futurs enfants qui seront privés de la moitié de leur ascendance.
      Qui impose le silence à ses contradicteurs ? Vous voulez sans doute parler de la majorité au pouvoir politique et médiatique ? Celle qui impose l’adoption par les couples homos au mépris de l’opinion publique ? Celle qui n’a reçu pour les auditions à l’assemblée que des juristes favorables au projet ? Celle qui minimise, discrédite et caricature la mobilisation de ceux qui ne pensent pas comme elle ?
      Là où je vous rejoins complètement, c’est que notre salut vient de l’exemplarité de nos familles. Nous n’éteignons pas tous nos clopes sur nos enfants, nous essayons de leur offrir un air conditionné mais pas réfrigéré, nous leur témoignons notre tendresse sans être des pédophiles. A entendre les partisans de la loi, cela paraît dur à croire !

  7. Comment t’as pu laisser faire , non je m’y suis opposé jusqu’au bout . Tout est résumé, ce que ne comprennent pas nos médias et nos biens pensants (à notre place) .

  8. J’avoue que je resterai perplexe longtemps devant ce genre de manifestation.

    J’entends bien le caractère plutôt apaisé de votre démarche. Hélas, j’entends aussi le caractère sectaire, l’ignorance et la violence de ceux qui vous accompagneront le 24 mars. Il est clair que, parmi les 700 000 signataires de la pétition contre le mariage pour tous déposée par l’invraisemblable (je n’ai pas d’autre mot) Frigide Barjot, un bon paquet ne sait pas de quoi il retourne. Un bon paquet n’a jamais vu d’homosexuel de sa vie. Un bon paquet a pour seule raison de manifester la trouille de l’autre et de sortir des règles établies, établies il y a X centaines d’années par et pour des gens comme eux. Passée cette introduction (longue, vous me pardonnerez), entrons dans le vif du sujet.

    2000 adoptions par an en France. Environ 25 000 candidats agréés. Les hordes d’enfants adoptés par des couples homosexuels, zombies annonçant le déclin de notre civilisation faute d’un père et d’une mère sont donc loin, tout le monde en conviendra. Par ailleurs, l’aspect strictement biologique (il faut être de sexes différents pour procréer) n’a rien à voir avec l’épanouissement d’un enfant. Car, bad news : les plus sanguinaires, névrosés, dangereux hommes (et femmes) de l’Histoire avaient bien un papa et une maman. On les remercie au passage.

    « Je PENSE que ces enfants seront irrémédiablement privés de quelque chose », dites-vous. Eh bien moi, je préfèrerais vous voir vous élever contre des inégalités dont on SAIT qu’elles ont un impact réel sur l’épanouissement des gosses. J’aurais préféré que les manifestants se saisissent des certitudes établies, consensuelles : la violence faite aux mômes, l’éducation, l’égalité dans l’apprentissage. Les mômes sont avant tout victimes de discrimination à l’école ET PAR l’école, selon leur origine, leur milieu social, leur couleur, leur lieu de scolarisation… Elle a un véritable impact, connu de tous depuis des décennies. Elle fait ou contribue à faire des enfants stables et épanouis, mais aussi des criminels, des gosses qui galèrent. Où sont les manifestants qui se prévalent de l' »intérêt de l’enfant » ? Disparus ?

    Enfin, sur la GPA, votre référence à la circulaire Taubira est un poil malhonnête. Cette circulaire (si vous l’avez lue) visait à régulariser la situation d’une quarantaine d’enfants nés par GPA dans des pays étrangers, dont l’un des parents est français (droit du sang) et à ne pas les laisser dans un flou juridique. Sans doute… dans l’intérêt de l’enfant.

    1. Bonsoir Choky,
      « Hélas, j’entends aussi le caractère sectaire, l’ignorance et la violence de ceux qui vous accompagneront le 24 mars. » => ben, franchement, c’est une belle manipulation médiatique d’arriver à faire croire cela car, pour avoir manifesté le 17/11 et le 13/1, je n’ai entendu aucun slogan homophobe ou propos haineux…
      « 2000 adoptions par an en France. Environ 25 000 candidats agréés. » => content de vous lire. C’est amusant car je l’ai souvent entendu comme argument pour le mariage homp : « mieux vaut un enfant adopté par un couple homo qu’à l’orphelinat ». Pas de bol, des enfants à adopter, il n’y en a pas, ou peu. Donc jusqu’ici on est d’accord ! Mais j’en déduis plutôt que cela va déboucher inévitablement sur la PMA et la GPA (cf ce billet).
      « Car, bad news : les plus sanguinaires, névrosés, dangereux hommes (et femmes) de l’Histoire avaient bien un papa et une maman. On les remercie au passage. » => et pour cause : tous les enfants naissent d’un papa et d’une maman ! La vie est une maladie sexuellement transmissible. Pour le meilleur et pour le pire.
      « je préfèrerais vous voir vous élever contre des inégalités dont on SAIT qu’elles ont un impact réel sur l’épanouissement des gosses. » => en l’occurrence, les études et leurs témoignages démontrent que les enfants nés par don du sperme souffrent. Ce n’est pas une croyance, c’est un fait.
      J’ai bien compris la portée de la circulaire Taubira. Mais reconnaissez quand même que s’il n’y a pas de pénalisation de l’acte, et que l’inscription des enfants à l’état-civil est facilitée, on n’est pas très loin de la tolérance et tout près de l’hypocrisie…

  9. @gag. Vous concluez en écrivant : « Je n’ai pas la réponse. Mais qui peut prétendre l’avoir ? Est-ce qu’il FAUT avoir une opinion tranchée et ferme ? » Dans ce cas pourquoi légiférer si personne ne détient la vérité ? Le mariage homo est un cheval de Troie ! Les homo s’ en moquent. Ce que veulent les ayatollahs LGBT c’est ça :http://www.liberation.fr/societe/2013/02/12/affrontements-entre-les-femen-et-le-service-d-ordre-de-notre-dame-de-paris_881279

    Je serai à Paris le 24 mars contre ce projet de loi fou !

  10. Je m’invite dans les échanges parce qu’à mon sens le question peut être autre.
    Il me semble que vous partez du principe que les parents font un super boulot avec leurs enfants et alors, qu’est-ce qu’il vaut mieux ? Un père et une mère ou deux parents de même sexe ?
    Mais êtes-vous surs que les enfants issus d’une famille dite « classique » ont majoritairement bénéficié d’une enfance saine et équilibrée ? J’imagine que votre propre expérience d’enfant et de parent (peut-être) a été et/ou est très positive. Je m’en réjouis. Mais ma vision est toute autre. Je suis professeur des écoles et des enfants détraqués, j’en vois beaucoup.

    Donc pour moi, la question est : « qu’est-ce qui est le moins pire ? » La formule n’est pas très belle, mais elle me semble plus près de la réalité. Vous me trouverez surement fataliste voire pessimiste. J’avoue que je vous trouve idéalistes.

    Savoir d’où l’on vient ? OUI !!!
    Avoir des repères, un sentiment d’appartenance, un foyer, un cadre, des valeurs… OUI!!!

    Mais dans les familles dites classiques, il y a des parents qui ont des maladies mentales (connues ou non), d’autres qui sont alcooliques, battent le conjoint voire les enfants, manipulent, étouffent, abandonnent… et j’en passe. Même dans les milieux sociaux favorisés, la structure familiale est souvent bancale. Et ne croyez pas que ces cas sont isolés !!!
    Inutile de juger. Tout le monde fait de son mieux, il me semble (voilà un peu d’espoir). Alors qu’est-ce qui est le moins pire ? Un couple monoparental équilibré et équilibrant ou ce type de famille insécurisante ?
    Je n’ai pas la réponse. Mais qui peut prétendre l’avoir ? Est-ce qu’il FAUT avoir une opinion tranchée et ferme ?

  11. Bonjour,

    Vous êtes-sérieux? Vous allez encore défiler?
    Mince ça fait mal. Vous vous rendez compte que vous défilez contre des êtres humains qui ont aussi leurs doutes et leur craintes. Ça serait pas plus intelligent de réfléchir à ça posément? Se marier et adopter c’est indéniable, c’est normal que tout le puisse le faire. On reste sur de l’humain, des sentiments.
    Pour ce qui est de la procréation médicalement assistée et de la gestation pour autrui, ça sera des décisions individuelles mais je doute pas que tout ça sera sévèrement encadré, et c’est pour le mieux.
    Peut-être que les enfants auront plus de difficultés à comprendre d’où ils viennent, mais je ne connais aucune famille parfaite.

    Aujourd’hui tout ceux que je vois ont de terribles problèmes dans la famille « classique papa/maman » que tant semblent chérir. Mais vous chérissez une idée qui n’existe plus.
    Divorce à tout va, parents qui délaissent leurs enfants, enfants qui doivent soutenir leurs parents financièrement, moralement… Mais il y a pire, enfants battus, brûlés à coup de cigarettes, injuriés parce qu’ils ne veulent pas suivre les études, le sport, la voie à laquelle les destinaient leurs parents.
    Et ce n’est malheureusement pas la minorité des familles.

    Vous vivez peut-être dans une monde de bisounours, mais moi je vois la furie du monde.
    Alors pour citez la parabole de nos chers amis religieux si prompts à donner des leçons, « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil à toi? »

    Vous n’êtes les gardiens de rien, sinon d’un idéal d’une famille fantasmée et en ruine.
    Au lieu de défiler contre des personnes qui désirent, après longue réflexion, essayer de donner une chance et de l’amour à un enfant, défilez contre ces enfants malheureux, battus, violés.

    1. Bonsoir Pulse,
      Désolé pour ma réponse un peu tardive, la fin de la semaine a été chargée…
      « Ça serait pas plus intelligent de réfléchir à ça posément? » => pourquoi pas, mais il se trouve que le gouvernement ne nous laisse guère le choix. Pour bcp d’autres réformes, il y a des états généraux, des réflexions, des grenelles… Pour le mariage homo, le coup est parti assez vite et, s’il n’y avait pas eu cette opposition dont aucun conseiller politique n’avait prévu l’ampleur, la PMA aurait sûrement été intégrée dans la loi votée mardi. Et pas forcément avec l’encadrement que vous semblez souhaiter.
      Venons-en au fond de l’affaire. Votre principal argument, comme celui de Gag ci-dessous, est (je schématise) : « les couples hétéros n’ont rien à dire quand on voit les enfants battus ». Je vais être un peu désagréable mais je l’ai classé parmi les 5 arguments les plus nuls (voir ce billet). En effet, je ne vois aucune raison pour que les couples homos soient de meilleurs parents que les autres !
      Là où je vous rejoins, c’est que les (futurs) parents devraient être éduqués dans leurs responsabilités. Être parents ne s’improvise pas. Il y a bien une part d’instinct quand on se retrouve face à un bébé. Mais ça ne suffit pas.
      « Vous n’êtes les gardiens de rien, sinon d’un idéal d’une famille fantasmée et en ruine. » => je défends peut-être un idéal, oui je pense que ce qu’il peut arriver de mieux à un enfant c’est de grandir avec son papa et sa maman, mais pas une idéologie, à savoir qu’un enfant peut naître de deux papas ou de deux mamans. Je ne dis pas que tous les couples vivent heureux jusqu’à ce que la mort les sépare. Par contre les enfants connaissent leurs parents même s’ils sont séparés. Ce qui ne sera pas le cas des enfants qui seront « créés » par la PMA et la GPA. Et oui, je suis intimement convaincu que c’est une grande fragilité qu’ils portent en eux. D’ailleurs ce n’est pas moi qui le dit ce sont les enfants nés de PMA dans les couples hétéros.
      Vous m’imaginez dans un monde de bisounours. Honnêtement, je pense qu’imaginer que la PMA et la GPA n’entraîneront pas des dérives sordides relève d’une grande inconséquence. Avez-vous vu quelques exemples glanés dans ces pays paradisiaques qui ont légalisé ce type de pratiques ? (, , ).
      Voilà pourquoi je ne vois pas vraiment où le progrès pour notre société…

  12. Bonjour Orti, à la vérité je répondais surtout à gégé dont je trouve le message assez méprisant. Mais qu’à cela ne tienne.

    Dans votre réponse j’ai bien compris que nous ne sommes pas d’accord, mais je n’ai cependant pas perçu d’irrespect. Ce qui est agréable.

    Je suis un peu lâs des débats où – de toute façon – personne ne changera d’avis. Je suis persuadé d’avoir raison, et vous êtes persuadé d’avoir raison. C’est ainsi. C’est un sujet complexe, à chacun ses opinions. La GPA, j’avoue ne jamais m’être penché sur le sujet (eh oui, je n’ai pas un avis sur tout).

    Peut-être que je ne sacralise pas assez l’enfant. Peut-être que vous le sacralisez trop. J’accorde très peu d’importance à la filiation biologique, comme vous l’aurez compris. Mon identité, ce n’est pas un spermatozoïde.

    Pardon mais je n’y reviendrai pas, j’arrête de polluer votre blog ! Bonne continuation, et si d’ici au 24 mars vous trouvez quelque chose de plus important à faire plutôt que d’aller gâcher à nouveau une journée dans une manifestation inutile… Amical conseil. 😉 Et en espérant que dans 10 ans, tous ensemble nous rigolions de tout cela, en constatant que cette loi d’égalité n’aura absolument pas ébranlé les fondements de notre société.

  13. Eh bien j’espère que vous aurez beau temps, ça vous fera au moins une sortie agréable. 🙂

    Tant que pour vous, « parents » = « maman + papa » alors jamais nous ne tomberons d’accords. D’où l’inutilité du débat. Je suis fermement convaincu que « parents » peut vouloir dire beaucoup de choses (couple hétéro, couple homo ou personnes seules).

    Quant aux études prouvant que des enfants adoptés par des couples de personnes de même sexe se sentent mal dans leur peau… On trouve autant d’études prouvant le contraire.

    Je vous souhaite une bonne continuation dans ce panier à salades !

    1. Bonjour Nikos,
      c’est sympa d’être revenu !
      Moi aussi j’espère qu’il fera beau… Ça nous changera !!
      Juste une précision par rapport à votre commentaire car je pense que vous avez mal compris ma réponse. J’évoquais des études concernant les enfants nés par don du sperme et non pas élevés par des couples homos. Je sais bien que bcp d’études prouvent que des enfants élevés par des couples homos sont très heureux. J’en suis ravi pour eux même si dans le fond je pense qu’il leur manque qqch. Mais ce n’était pas mon propos. Je voulais surtout insister sur le fait que les enfants nés d’un don du sperme sont privés d’une moitié de leur identité. C’est valable pour les 4% d’enfants nés de PMA avec don du sperme dans les couples hétéros. Ce sera le cas pour 100% des enfants des couples de lesbiennes.
      Au passage, que pensez-vous de la GPA ?

  14. Mouais … je trouve que le Nikos part un peu dans tous les sens. Son argumentaire n’a ni queue ni tête. Il y mélange tout et son contraire ; un peu à la façon « gender ». Je vous souhaite Nikos de ne pas être cet enfant adopté, déjà abandonné par son père et sa mère, à qui on va dire : « toi mon petit, tes parents sont maintenant 2 papas ou 2 mamans ». Au nom de quelle liberté va-t-on priver cet enfant d’avoir un papa et une maman ? Le droit à l’enfant n’existe pas, alors que les droits des enfants eux existent. Je serai à Paris le 24 mars !

  15. Très bien. Tant que vous admettez, avec respect, que certains « Homos ou hétéros, croyants ou athées, radicaux ou conservateurs, chômeurs ou patrons » ont un avis totalement contraire au vôtre, tout va bien ! On reste dans le respect, c’est beaucoup plus agréable.

    Juste cette histoire de « Tout enfant a besoin de connaître ses origines » qui me fait rire. Je suis profondément convaincu que les parents sont les personnes qui élèvent l’enfant. Si un homme a fait l’amour avec une femme puis ne l’a plus jamais revue, si la femme tombe enceinte, si elle rencontre un mois plus tard un autre homme avec qui elle va vivre sa vie, et si elle accouche 9 mois plus tard de cette relation d’un soir… Ca sera le second homme qui élèvera l’enfant. Ca sera lui, son vrai père. Pas celui qui a mis le spermatozoïde 9 mois plus tôt.

    Ce n’est qu’un exemple, mais en élargissant vous comprendrez que je suis persuadé qu’un enfant peut être élevé par un homme et une femme OU un homme et un homme OU une femme et une femme OU un homme seul OU une femme seule. Et que dans tous les cas il grandira et sera équilibré s’il reçoit une bonne éducation et beaucoup d’affection.

    Et puis « Tout enfant a besoin de connaître ses origines » certes, mais si on fait de la généalogie, dans les vieux registres il est écrit « Bébé Untel né de Madame Untelle et de Monsieur Untel en l’an…. (etc.) » ; mais qui me prouve que le père indiqué dans ces vieux registres est bien le père biologique ? Qui prouve que dans les années 1700, 1800, 1900, aucune femme ne trompait son mari, qui me prouve alors que tous les pères indiqués dans les vieux registres sont bien les pères biologiques ? Rien ne le prouve ? Absolument RIEN ne nous permet d’être certains de nos origines. Et finalement… On s’en fout. 🙂

    1. Merci pour votre commentaire, Nikos.
      Si je résume, vous êtes un partisan de la filiation affective ou symbolique pour reprendre des termes de sociologues comme Martine Gross ou Irène Théry. Ben, effectivement, là je ne suis pas du tout d’accord avec vous.
      Que vous ne soyez pas bien sûr que votre aïeul du 16ème siècle est bien celui qui est mentionné sur votre arbre généalogique, je veux bien croire que cela ne change pas fondamentalement votre vie.
      Je pense que la question se pose avec une toute autre acuité quand il s’agit de votre géniteur.
      Aujourd’hui, les enfants nés d’un don du sperme (environ 4% des PMA) découvrent (éventuellement) vers l’adolescence que leur père affectif n’est pas leur père bio. D’après les témoignages que l’on peut trouver sur le net, cela reste un traumatisme. Voir également cette étude. Ajoutez à cela que dans le cas de couples de femmes homosexuelles, l’enfant le saura immanquablement, et bien plus tôt. Disons vers 6/7 ans quand l’enfant commence à comprendre qu’il n’est pas né dans un chou. Je ne sais pas si c’est mieux ou moins bien de le savoir plus jeune. Mais ce n’est pas anodin.
      Comme je l’ai dit dans un précédent billet, je ne doute pas que deux femmes, et bientôt deux hommes, mettent toute l’affection et tout l’amour possibles pour élever un enfant. Mais je pense que ces enfants seront irrémédiablement privés de quelque chose. Comme le dit un des enfants nés de la 1ère génération de don du sperme : savoir qu’un Cecos détient le secret de vos origines génétiques, que cette identité existe, mais qu’elle vous est interdite, c’est une «forme de torture psychologique».
      Donc, le concept de filiation affective est pour moi une forme de supercherie intellectuelle qui ne résiste pas à la réalité. Bien sûr dans le cas de l’adoption, elle doit remplacer la filiation bio mais cela reste un cas particulier…

    2. Cher Nikos, quand bien meme vous vous en defendez, vous ressemblez a votre pere et votre mere, vous avez le front d’un de vos grand pere, le menton d’une de vos grands mere, le meme mauvais caractere que cet autre grand pere, ou les meme facultes intellectuelles que cette autre grand mere dont on vous a parle mais que vous n’avez pas connue. Je brode, mais en conclusion, vous savez d’ou vous venez, vous vous etes contruit contre ou avec ces tendances venant de ces personnes-la qui viennent de votre famille. Vous savez aussi peut etre si vous aurez plus ou moins de malchance d’etre candidat au cancer de la prostate car surement vous connaissez vos antecedants familiaux…..
      alors comment pouvez vous decidez vous adultes, que votre choix puisse empecher un enfant d’avoir access a ces origines? Non mais serieusement? Comment pouvez vous dire que parce que c’est « que de l’amour » cette loi taubira, vous etes ds le vrai et vous avez raison?

  16. Je vous dis bravo pour ce texte ! Je suis étonnée qu’il apparaisse sur le site du Monde qui a fait une campagne unilatérale pour le projet de loi à mon avis absurde, discréditant totalement (je dirais même totalitairement) l’avis et l’opinion des personnes de tous bords, de toutes religions, ou sans, et de toutes opinions politiques ! Merci pour ce texte !

    1. Merci Samovar
      En fait, Le Monde met à disposition un espace blog pour ses abonnés. Mais il n’a aucune influence / validation du contenu. Pour un néo blogueur, cela permet d’avoir une « marque » attractive !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :