Techno addiction : les sept plaies des geeks

Obsession ?

L’écran a remplacé la cigarette le matin au réveil. Une sensation de manque dès le premier œil ouvert. Une bouffée de satisfaction en découvrant notre messagerie saturée de nouveaux courriers comme autant de promesses. Un goût de revenez-y quand, à contrecœur, nous éteignons notre appareil.

Tour d’horizon des symptômes de cette cyberdépendance.

1 – Des informations en perfusion

Réception des alertes des sites de presse, consultation des dépêches AFP, lecture des 143 commentaires des internautes (un peu de pub par ici) : tels des gros canards, nous sommes gavés d’informations et, contrairement aux bipèdes, nous en demandons toujours plus. Avez-vous déjà remarqué que, après avoir consulté votre mobile, vous vérifiez qu’il n’y a rien de nouveau sur votre tablette alors que vous avez les mêmes applications sur les deux appareils ? Juste au cas où.

2 – La soirée applis remplace la soirée diapos

Souvenez-vous : les incontournables soirées diapos du siècle dernier. Lumières éteintes, cliquetis de la machine, sourires des plus jeunes devant des visages juvéniles, soupirs des plus vieux en voyant ces mêmes visages juvéniles : la magie opérait… Désormais la fin de soirée se passe à comparer les dernières applications téléchargées. Chacun essaie d’attirer l’attention des autres sur son doudou tactile. Notez quand même que si vous voulez passer une soirée sympa sans trouer votre budget, téléchargez strobolight et demandez à vos amis de faire de même. Ambiance garantie !

 3 – Les textos inondent nos boîtes

A chaque Nouvel An, nous recevons ces SMS très personnels : « bonne année, et surtout bonne santé, à toi et tes proches ». Comment rester insensible à de tels témoignages d’amitié ? Dans ces cas-là, je pense avec émotion aux 43 autres personnes qui ont dû recevoir le même texto et je me demande combien savent qui est ce fameux 06 64 XX 08 XX qui s’est affiché. Plus régulièrement, avez-vous remarqué comment, en fin de journée, certains mobiles s’affolent dans nos bureaux ? A partir du mercredi soir, il y a un toujours le portable d’un de vos collègues qui s’excite vers 18h : un message, deux messages, trois messages… Et à voir la tête de l’intéressé, ce n’est pas son banquier qui l’appelle pour un découvert. Ça sent plutôt l’organisation d’une bonne grosse chouille !

 4 – Les discussions font place à la recherche Google

Auparavant, il était possible de passer pour un homme cultivé en prétendant savoir et en mentant avec suffisamment d’aplomb. Ça, c’est fini. Que vous soyez à table avec des amis ou au restaurant avec vos collègues, il y a toujours un accro qui sort son portable et se lance dans une recherche pour vous retrouver le nom du concubin de Mme Valérie Trierweiler.

 5 – Les photos se regardent par gigaoctet

Quel est votre premier réflexe quand vous croisez quelqu’un que vous n’avez pas vu depuis longtemps ? Vous fouillez frénétiquement la galerie photo de votre mobile pour lui montrer les dernières photos de vos enfants, de votre maison ou de votre compagnon à 4 pattes (votre chien – pour ceux qui auraient l’esprit mal tourné). Et comme à chaque fois ce n’est pas une photo que vous prenez mais une dizaine pour être sûr d’en avoir une bonne, la recherche du plus beau cliché ressemble aux premiers films d’animation.

 6 – Beaucoup de bruits pour rien ou presque

Tous les lieux publics sont victimes des ravages des portables. Le silence feutré ou endormi d’un TGV matinal, l’instant tragique d’un mélo, le recueillement d’une église sont les cibles naturelles de ce terrorisme sonore. Dans ce dernier cas, la situation est souvent aggravée par la dextérité approximative du propriétaire – souvent septuagénaire. Après quelques manipulations fébriles, il semble éteindre son portable mais la sonnerie retentit à nouveau quelques secondes plus tard. Dans notre intimité, l’irruption du mobile est également criante. Qui n’a jamais été réveillé à 2h du matin par une alarme mal réglée ou un texto sans intérêt ? Qui n’a jamais vécu une angoissante nuit d’agonie de batterie avec un couinement tragique tous les 2h ? Qui n’a jamais été pris en flagrant délit de surf sur son iPhone dans le lit conjugal à cause d’une publicité ?

7 – Vidéo à la demande

C’est devenu une seconde nature pour tous. Dès que nous assistons à une scène marquante, nous ne pouvons plus nous empêcher de l’immortaliser par une vidéo ou une photo. En période de Noël, il y a toujours des gens capables de filmer leurs enfants avec un Père Noël de supermarché portant des baskets. Dans les concerts, les spectateurs – qui ont déboursé 50 euros pour être là – regardent leurs idoles à travers l’écran de leur mobile. Remarquez, il m’est bien arrivé de filmer ma douche dans un hôtel parce qu’elle ne fonctionnait pas. Devant le scepticisme du réceptionniste sur mes capacités à manipuler l’appareillage, je lui ai montré le film. Il a dû se dire qu’il avait vraiment affaire à un sale con. Et il m’a remboursé ma chambre. La trace est une menace efficace.

Si vous ne vous reconnaissez pas du tout dans ces quelques lignes, donnez-moi vos secrets !

Publicités

2 commentaires

  1. colère noire · · Réponse

    Mes enfants me le disaient, je ne voulais pas les croire, mais en lisant ce billet, je dois me rendre à l’évidence, les 7 plaies des geeks sont presque toutes pour moi.
    Bravo pour votre blog. Au 1er ou au 2e degré, il me plaît beaucoup.

  2. Vraiment intéressant! Merci pour ce très bon billet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :