Salades vertes : quand les idéaux se dissolvent dans la realpolitik

-Au commencement était le Vert. Le Vrai. Un brin crasseux pour économiser l’eau, un poil teigneux pour défendre la terre, un zeste capricieux pour nous faire changer d’ère. A la fois incorruptible et incorrigible, il nous gonflait un peu avec ses discours apocalyptiques sur les OGM et le nucléaire ; mais, dans le fond, il défendait des convictions compréhensibles, voire respectables. Incarné par l’inénarrable José et ses belles bacchantes, il avait en lui quelque chose de messianique. Cette volonté de préserver l’avenir. Ce désir de fou de vivre une autre Vie. Il parlait à notre cœur, moins à notre portefeuille. Protéger notre environnement pour les générations futures : qui peut être contre ?

Puis le Vert s’est fait cher. Il est monté en gamme. Il a compris que ses envolées provoquaient au mieux un condescendant sourire fabiusien, au pire un froncement de sourcil melenchonnesque. Grâce aux miracles de la Science, le Vert a opéré sa mue. Et embrassé l’idéologie libérale-libertaire dominante. Adieu veau, vache, cochon, couvée. Bonjour PMA, GPA, multi-parentalité, suicide assisté. Ceux qui prônaient le respect de la Nature sont désormais les chantres de la Technitude. A condition toutefois que les manipulations du vivant ne s’appliquent qu’à l’homme. Pas question de travailler sur des embryons d’animaux. Il y a des limites quand même. Et puis protéger les animaux, ça fait plaisir aux militants de la première heure.

Et il a abdiqué son courroux. Le Vert a bien mûri, il est même pas loin d’être pourri. Il faut méditer la sentence de la souriante Barbara Pompili (« la question de la sortie du gouvernement a été évacuée assez vite ») suite au limogeage de Delphine Batho. Fallait oser un tel aveu ! Le cynisme de ces néo-écolos propres sur eux est bien loin d’un certain panache de leurs aînés à moustaches. La servilité a remplacé l’insoumission. Les délices du pouvoir méritent sans doute quelques renoncements.

Hollande a besoin des électeurs écolos, pas d’écologie. Visiblement, les caciques d’EELV ne sont pas loin d’être sur la même ligne. Ils peuvent bien faire les gros yeux au Président, dire que « si ça continue, il faudra que ça cesse », retenir leur respiration comme Pépé (le fils de Soupalognon Y Crouton), ils continueront à avaler des couleuvres en feignant le dégoût. Car, en fait, il s’agit plus pour eux d’une posture à assumer que de convictions à défendre. Le monde de nos enfants et de nos petits-enfants, j’ai la nette impression qu’ils s’en contre-foutent !

Publicités

9 commentaires

  1. Un triste constat que je partage…
    par contre le vert (le bio / le conception architecturale / l’énergie ?) n’est pas forcément plus cher toute est une question de coûts indirects. Et même dans les coûts directs, en fouillant on peut trouver du très abordable.

  2. Excellent, votre Genèse du Vert !
    Je kiffe grave, comme disait mon regretté trisaïeul.

  3. MarquesDeCaceres · · Réponse

    Salut Orti,
    Bravo pour ce post très gourmand comme toujours ! Plein de soleil et de cette bonne huile d’olive picholine…
    Bien vu le parallele entre les embryons animaux & embryons humains !!C’est tout le problème de l’ideologie liberale-libertaire des khmers verts & des pre-cambriens de gauche, c’est qu’ils se sont détachés de l’homme finalement: en ethique comme pour l’emploi etc… voir ce petit dialogue si tu ne le connais pas: http://www.youtube.com/watch?v=iJeZP_xH-Pc.
    Pour finir sur une note positive, ça montre clairement qu’il y a une place pour « l’écologie humaine ». Après que cette place soit prise ou non par ceux qui s’en réclament récemment est une autre histoire…

    1. Ola Marques !
      Grâce à toi, j’ai découvert un nouveau mot « picholine », j’aime beaucoup. D’autant que la signification ne correspond pas à la sonorité. J’essaierai de le placer dans un prochain billet !
      Heureusement que nous avons de futurs pontes de la médecine qui sauront rappeler ce qu’est la dignité de l’homme…

  4. Il y a de quoi être vert de rage !

  5. Dis Orti, t’as déjà vu un chien mordre la main de celui qui le nourrit ??!! Moi jamais. La place doit sacrément être bonne ! Cela vaut bien effectivement quelques petits renoncements …

  6. Merci, c’est excellent, comme à chaque fois… une mention spéciale pour « le vert s’est fait cher » …

    1. Merci Béatrice pour vos commentaires toujours sympas…

  7. Excellent! Drôle et vrai comme toujours

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :