Docteur Macron, Mister Canard

imagesevospc4yFillon a commis une faute impardonnable : s’attaquer sans tabou aux totems de la gauche. Diminuer les dépenses publiques, restaurer l’autorité de l’Etat, baisser les charges des entreprises et les impôts des ménages, cesser les expérimentations pédagogiques de l’Education nationale : avec de telles déclarations, tout apparatchik de la Caste normalement constitué était condamné à vivre avec une pince à linge sur le nez. Seulement voilà, contre toute attente, l’homme avait séduit son électorat et semblait promis à la victoire.

Les idées de la droite avaient triomphé dans l’opinion depuis plusieurs années. Elles se trouvaient désormais incarnées dans un homme. C’était visiblement trop pour la Caste, cette communauté d’intellectuels qui fabrique les opinions que les autres doivent penser. La Caste définit ce qui est de l’information et ce qui est du fantasme, ce qui est approprié et ce qui est choquant, ce qui est de l’humour et ce qui est du dérapage, ce qui mérite notre indignation et ce qui doit rester caché. Grâce à sa mainmise sur la presse et les médias, elle détermine ce que le citoyen doit voir, lire, liker et partager.

Le Canard, laquais du système

La Caste a senti son hégémonie culturelle, ses prébendes et ses subventions menacées par ce Monsieur peu sourcilleux non prévu dans le scénario. Il restait une seule option : l’abattre. Comme l’assassinat politique n’est plus en vogue, il fallait trouver un expédient moins sanglant mais tout aussi efficace. Le Canard s’est chargé des basses œuvres. Sous son faux-bec satirique et sympathique, il est l’exécuteur de la Caste. Il n’assassine que ceux qui menacent réellement le système. Les autres n’ont le droit qu’à d’inoffensifs coups de becs. Manière.

Il faut reconnaître que Fillon, l’homme austère, a montré beaucoup de gourmandise. Mais l’astuce géniale du Canard a été de laisser entendre que la pratique était illégale alors que ces salaires étaient versés par l’Assemblée et déclarés aux impôts. En professionnel expérimenté, le palpitant palmipède a pris soin de gonfler les chiffres au maximum en cumulant les salaires bruts. Scénarisez le tout sur 3 semaines et ajoutez une défense pitoyable : le tour est joué. Le Canard s’est gavé.

Bien sûr, les autres médias de la Caste lui ont emboité le pas. Avec la rage de ceux qui ont frôlé le pire. Cette presse, allégrement subventionnée au nom d’une pluralité d’opinions mais qui s’est exprimée à 74% pour François Hollande, a écrit le journal d’une curée de campagne. Le présumé innocent a été jugé et condamné par cette nouvelle inquisition. Evidemment, les journalistes ont également moqué la « théorie du complot » avancée par les partisans de Fillon. Les révélations du Canard sont sorties juste après le choix du candidat de la droite alors que celui-ci a mis fin à ses pratiques en 2013. Le parquet financier a ouvert une enquête dès le soir de la parution du Canard alors que l’opération nécessite une préparation importante. Les PV d’audition du matin sont disponibles dans Le Monde du soir. Mais si vous imaginez qu’il pourrait y avoir autre chose que des coïncidences, vous nagez en plein « complotisme », mon pauvre ami. Il vous faut arrêter de surfer sur des sites d’information non validés par le Decodex du Monde !

Macron©, élu produit de l’année 2017 !

4842412_3_8346_emmanuel-macron-ministre-de-l-economie-a-p_868988eeaa79c76bb3c1eb0ad2627814Le Canard et Macron sont les deux faces plaisantes de la Caste. L’un assassine avec la satire ; l’autre séduit avec son sourire. L’un fait disparaître l’opposant à la Caste ; l’autre est propulsé par la Caste. Enarque, inspecteur des finances, banquier d’affaires et hémisphère droit de Hollande, Macron se rêve comme un candidat hors-système. Adoubé et financé par tous les grands oracles de la Caste, il se présente sans vergogne comme un homme libre et neuf. Il est la tête de gondole de la Caste qui l’affiche régulièrement sur les Unes de ses magazines.

Labellisée French Tech, la start-up En Marche encaisse les levées de fonds sans avoir réalisé le moindre chiffre d’affaires. Ou, en termes électoraux, engrange les intentions de vote sans avoir rédigé l’esquisse d’un programme. C’est dire la puissance du story-telling du fondateur. Et celle des moyens de persuasion massive mis à sa disposition par la Caste. En écoutant ses discours, on comprend que l’homme a décidé de faire mentir l’émission « On ne peut pas plaire à tout le monde ». Sans peur de choquer, il enchaîne les déclarations à côté desquelles « la guerre, c’est mal » et « après la pluie, le beau temps » font figure de propos engagés. Une ligne politique se dégage cependant : un libéralisme bon teint mâtiné de gauchisme culturel. Un programme consensuel, lisse et inclusif destiné à prendre une large part de marché. Son pass culture de 500€ pour les jeunes de 18 ans constitue l’archétype de la mesure électoraliste : s’attirer le vote des nouveaux inscrits sur les listes électorales et satisfaire le monde bruyant de la Culture. Un bijou d’opportunisme politique avec l’alibi du bien. Ainsi, l’homme providentiel de la Caste n’est que la réincarnation – plus attrayante – de François Hollande. A l’image de son mentor, on peut compter sur lui pour laisser pourrir la situation des territoires perdus de la République et fermer les yeux sur la progression du communautarisme. Ces sujets mineurs ne rentrent pas dans son business plan.

Allons-nous les laisser décider pour nous ?

Bien sûr, nous aurions préféré que Fillon soit un chevalier blanc désintéressé. Il se trouve qu’il n’a pas oublié de se servir, sans doute dans le respect de la loi. C’est malheureusement une pratique commune chez nos politiques. Ajoutons que chacun jugera en son âme et conscience s’il ne ferait pas de même à leur place. En tout cas, je ne vois pas de raison pour que Fillon soit le bouc-émissaire d’une classe politique assez soudée sur le sujet. Et ce n’est pas Macron et ses 140.000 € de frais de campagne pris sur le budget de son ministère qui peut lui faire la leçon. Jeune, mais prometteur.

Ce n’est pas le Penelope Gate qui a perdu Fillon. C’est son projet. Si le peuple de droite estime que ce projet est toujours le bon pour la France, il doit urgemment le défendre.

Pour ma part, je ne me résous pas à imaginer que la France passe à côté de cette chance unique parce que la Caste en a décidé ainsi.

Ne restons pas tétanisés comme des lapins dans la lumière des phares. Relevons la tête et portons avec ce fierté ce projet « radical » ! Nous devons tout tenter pour l’avenir de notre pays.

 

Publicités

un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :