9 astuces pour corrompre sa jeunesse (et asservir son peuple) !

imagesFPYWRWFRC’est le rêve ultime de toute classe dirigeante : maintenir son peuple dans un état d’apathie et de mésestime de soi généralisés pour garantir sa position dominante. Pour y parvenir, il n’y a pas de secret, il faut s’attaquer aux cerveaux et aux âmes en cours de formation. Les autres sont déjà irrécupérables.

Travailler à l’abrutissement intellectuel et à l’abaissement moral de la jeunesse : voilà donc ce qui doit guider tout gouvernement digne de ce nom !

Orti vous donne quelques astuces pour réussir cette opération de longue haleine mais dont les résultats sont profonds et durables.

1. Réduire au maximum les relations entre parents et enfants

C’est la base. Tisser des relations permet de se construire, de prendre confiance en soi et de respecter les autres. Le risque est donc grand qu’au sein de la première cellule de socialisation, son environnement familial, l’enfant se sente considéré et aimé ! Il faut donc absolument faire en sorte que parents et enfants aient beaucoup d’occupations qui les empêchent de communiquer entre eux. Les parents travailleront tous les deux pour que le temps passé avec leur enfant soit réduit au minimum. Et le temps restant sera consacré au lavage du 4×4 et à la salle de sport. Enfin, quand les membres de la famille seront rassemblés sous un même toit, on s’arrangera pour que chacun dispose d’un écran pour éviter tout échange avec les autres. S’ils veulent communiquer, ils pourront s’envoyer des smileys ou des cœurs en texto

2. Favoriser l’éclatement de la cellule familiale

Arrangez-vous également pour que les enfants soient rapidement écartelés entre leurs deux parents. Si le point 1 est correctement mis en place (une communication réduite au choix du film le soir par exemple), une bonne partie du chemin est déjà parcourue ! Et pour un enfant, entendre son papa critiquer sa maman – ou l’inverse – est la garantie qu’il garde une blessure d’amour et de confiance tout au long de leur vie. Les séparations, les divorces doivent donc être encouragés. Mais comment faire ? Simple : encouragez les adultes à se comporter comme des adolescents en se laissant guider par leurs sentiments, imprégnez la société de messages hédonistes, valorisez l’adultère comme un comportement excitant qui s’affiche dans le métro.

3. Lui donner du sang…

Très jeune, il faut mettre le jeune devant des images violentes. Après tout, c’est la vie, hein ? Il faut bien qu’il s’habitue et soit armé pour l’existence. On pourra donc mettre le jeune devant des films et de jeux vidéo violents. Ça tombe bien il adore ça et en redemande ! Ce serait donc dommage de créer un conflit avec un enfant de 5 ans en lui interdisant de regarder Game of Throne. En plus il passerait pour un gros nul dans la cour de récré ! Cette exposition à la violence permet de le désensibiliser à la souffrance des autres et de l’habituer à voir des gars se faire décapiter. Vu à la TV !

4. … et surtout beaucoup de sexe !

Pas question de prendre le risque que la jeunesse voit la sexualité comme le prolongement de l’amour ! La sexualité, c’est avant tout un échange de fluides et de bons procédés qui procure du plaisir, à deux ou plus. Pour façonner les esprits dès leur plus jeune âge, on mettra des images suggestives dans les lieux publics. Par la suite, il faut donner accès à du porno ou du moins banaliser sa consommation. Privilégier le X bien crade pour que les jeunes aient envie de le reproduire et qu’ils abîment les autres avec ces expériences. Avec un peu de chance les mâles auront même envie d’immortaliser leurs ébats et pourront les partager avec leurs potes en mode revenge porn. Un moyen particulièrement efficace de blesser profondément l’amour ! Nota : bien rappeler au jeune qu’il ne faut pas oublier de mettre un préservatif.

5. La priver d’une instruction de qualité…

Primordial. Il ne faudrait pas non plus que la jeunesse ait les moyens de se révolter ! Il faut donc la maintenir dans un état de misère intellectuelle. L’école doit lui demander le moins possible de construire une pensée. On bannira la rédaction et on proposera des QCM. Attention : pour ne prendre aucun risque, on se gardera de mettre un jeune en contact avec de grandes œuvres culturelles qui risqueraient d’éveiller de la curiosité ou des questionnements. A la limite, le forcer à lire un livre une fois par an peut agir comme un vaccin.

6. … mais lui faire croire le contraire !

Non seulement on lui donnera une instruction au rabais, mais on poussera la subtilité jusqu’à lui faire croire le contraire. Il serait dommage de ne pas ajouter l’arrogance à l’ignorance ! Pour atteindre cela, rien de bien compliqué : abaisser le niveau des examens, distribuer des notes mirifiques et des diplômes ronflants.

7. Ne jamais la corriger, au contraire l’encenser !

Dire à un enfant qu’il se trompe ou commet une erreur de jugement, c’est nuire au développement de sa suffisance et de son orgueil. Vous prenez le risque qu’il soit capable de faire preuve d’humilité ou de remise en question voire pire, qu’il veuille comprendre le monde qui l’entoure ! Un enfant a eu de mauvaises notes ? Ses parents doivent protester contre l’école ! Il n’est pas envisageable qu’il soit responsable de ce qui lui arrive. Soit le professeur lui a mal expliqué, soit l’énoncé de son exercice n’était pas clair, soit il n’a pas perçu toute l’intelligence de la réponse. Le professeur devra évidemment présenter ses excuses et être menacé de procès pour harcèlement en cas de récidive. Nota : veiller à procéder de la même manière dans toutes les activités (pas seulement à l’école).

8. L’abreuver de loisirs et de divertissements

Il ne faut surtout pas que la jeunesse soit astreinte à des travaux ou des exercices qui lui demanderait de mobiliser ses ressources intellectuelles et pourrait susciter le goût de la réflexion. Il faut lui fournir des jeux vidéo, des films, des séries, des clips qui occupent ses neurones. On lui donnera donc un smartphone ou une tablette dès sa plus tendre enfance. Le matin au réveil, dans les transports, à la récré, pendant les repas… : toujours et partout, le jeune doit pouvoir consulter un écran pour consulter le dernier Snap de ses potes ou regarder Touche Pas Mon Poste. Il ne faut surtout pas que qu’il ait l’occasion de découvrir le silence qui pourrait l’encourager à méditer sur le sens de sa vie.

9. Lui donner tout, tout de suite !

La vie d’un jeune, c’est pas facile. L’école est un bagne : les professeurs sont durs, les vacances sont rares, les jours fériés tombent parfois sur des dimanches. Il faut donc lui offrir des cadeaux régulièrement. Entre la rentrée de septembre et Noël, ça fait long avant d’avoir des nouveaux cadeaux. Heureusement, il y a Halloween, le Black Friday ou des super promos sur Internet en permanence. Comme ça il y a tout le temps une bonne occasion de lui offrir une nouvelle paire de baskets, un énième jeu vidéo ou le dernier smartphone. Ce petit geste permettra au jeune de développer son goût de la paresse : pas besoin d’effort ou de patience pour obtenir ce que l’on veut. Bien sûr cela coûte à ses parents, mais il faut savoir ce que l’on veut : le succès a un prix !

***

Bien sûr, ce pense-bête peut paraître long et fastidieux à mettre en place. Il faut bien compter quelques décennies.

Mais que l’artiste du pouvoir se rassure, ses efforts porteront du fruit à court terme : toutes ces actions le rendront populaire auprès de la jeunesse et il pourra s’attirer ses sympathies et son vote !
Et le passage des enfants à l’âge adulte accélère la dynamique. C’est un cercle vertueux !

Et arrivé à son terme, le processus semble quasiment inéluctable. N’est-ce pas ?

Publicités

One comment

  1. Toute « astuce » ressemblant à la réalité est une pure coïncidence , non?
    Lolotte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :